La CGT, c'est d'abord vous...

 

Résultat première réunion négociation sur les conditions de travail

 

le 14 novembre 2017, suite à l’émission cash investigation du 26 septembre 2017 et de la réunion extraordinaire du CE du 19 octobre 2017, la direction rencontrait les organisations syndicales de l’entreprise pour une première réunion sur les conditions de travail des salariés LIDL.

Nous allons vous relatez la réunion.

Au début de la réunion, comme à son habitude, la direction nous montre des rétroprojections ainsi qu’un document qui relatait la discussion du CE extraordinaire du 19 octobre, comme d’habitude, les organisations syndicales n’avaient pas ce document puisse qu’il n’avait pas été transmis lors de la convocation (oubli ou stratégie…. A vous de voir !!)

les débats ont commencés sur le management,
la direction fait des propositions :
- développer le coaching top management
- former sur le management en réévaluant le contenu des formations (conflit, dérive, tension, récurrence, suivi)
- former les agents de maîtrises magasin et entrepôt
- travailler avec la commission formation du CE (ce qui est obligatoire depuis de nombreuses années, la direction découvre qu’il y a une commission …...)
- augmenter les formations sur le droit du travail

elle propose aussi un document des « bonnes pratiques du manager ainsi que du salarié »
ce document s’articule par 2 personnages, un manager et un salarié,
pour le manager, il est décrit les « bonnes » pratiques managériales
pour le salarié ce sont ses droits en terme de management mais aussi ses devoirs envers la société

la position de la CGT : mettre en place des « bonnes pratiques » managériales peuvent être un bien pour les salariés mais si il n’y a aucune contrainte pour les managers, ce sera encore une fois, des paroles qui s’envolent et aucune avancée sur le sujet ne se fera,
nous sommes donc très sceptique sur la volonté de la direction de vouloir résoudre ce problème.

Concernant les rankings, les syndicats dans son ensemble ont décrit les dérives des rankings (travail sans badger, magouille, stress, pression….) et ont demandés l’arrêt des rankings,
la direction est pour les rankings (normal, elle ne parle que d’économique!!!) mais veut bien réfléchir a changer la façon d’appréhender ces fameux classements

notre opinion : la direction n’a pas l’air d’avoir compris l’urgence des risques que ces rankings générent sur les salariés, elle dit vouloir associer le domaine économique et le social, ce qui est pour eux l’économique et très très loin derrière le social !!!

l’après midi :
nous avons passés notre après midi, a regarder des slides sur ce que LIDL fait sur la santé au travail (suivi psychologique, RRH, les 5T,…..)
elle nous a rappeler qu’un salarié qui partait en vacance une semaine complète avait le droit a avoir son samedi de libre avant ses CP que ce soit en été comme en hiver donc qu’un salarié avait, a minima, 5 samedis de libre dans l’année.
Un membre d’une organisation syndical s’est insurgé contre cette constatation en relevant que l’encadrement avait un samedi sur deux et donc les caissières, les cc,les maitrises …. avaient aussi le droit a un samedi sur deux sinon c’était de la discrimination
un membre représentant le syndicat de l’encadrement a répondu que les caissières (donc tout les salariés hors cadres) n’avaient qu’a faire des études et elles auraient un samedi sur deux en libre
que pensez vous de cette réflexion a deux balles d’une personne qui doit avoir fait des études puisse qu’il est cadre ?
ce fut donc au point de vue de la CGT, une après midi de négociation pour rien.

À la fin de la réunion, la direction a demandée au syndicat leur opinion sur les sujets abordés dans cette journée

pour la CGT :

le management : si il n’y a pas de contrainte, cela ne sert a rien (les salariés devraient ils être les seul à être exemplaire et pas les managers)
pour le ranking : arrêt des rankings
pour l’après midi : elle ne servait à rien !!!

en conclusion, la CGT a rappeler plusieurs fois à la direction que nous ne les avons jamais entendus parler de charge de travail ni de baisse de productivité ou de cadence.

Vous aurez donc compris que la direction veut changer les conditions de travail a minima et surtout ne rien changer sur la charge de travail, les productivités, les cadences ….., tout cela que dans un but : dire aux médias : nous avons rencontrés les organisations syndicales sur les conditions de travail et celle-ci vont s’améliorer, vous voyez LIDL n’est pas une méchante société envers ses employés

 

prochaine réunion le 30 novembre 2017, avec comme sujet :

- prérogatives nationales/régionales
- port de charge/productivité
- polyvalence
- plannings
- points divers (pick by voice……)

 

à la prochaine…………...

 

mise à jour du 15 novembre 2017