La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives

Direction régionale de Lyon

La vie en entrepôt

Bonjour, aujourd’hui nous allons vous parler des changements récents des conditions de travail en entrepôt. Tout d’abord le grand changement est le système de préparation appelé pick by voice. C’est un système de préparation par guidage vocal instauré depuis peu, le préparateur reçoit le code du produit à préparer puis la quantité et suit donc le guidage vocal. Nous pensons que c’est un système contraignant et fatiguant. Le préparateur est obligé de suivre le guidage ce qui engendre une difficulté pour pouvoir préparer des palettes correctes en terme de qualité, de plus c’est assez répétitif toute la journée donner des chiffres et dire ok. Nous avons l’impression bien réelle d’être des petits robots. Nous pensons que ce système à moyen terme peut s’avérer dangereux et répétitif pour la santé des salariés.

Le 2eme gros changement concerne la polyvalence en entrepôt, depuis des années le préparateur avait des semaines de polyvalence ce qui permettait de changer de la préparation et de préserver son dos. On s’aperçoit que le poste de tireur ainsi que le poste de contrôleur ont été supprimés, le nombre d’agents de quai fortement réduit et donc par conséquence beaucoup de préparateurs se retrouvent désormais à ne faire que de la préparation toute l’année et quand à ceux qui ont encore de la polyvalence on s’aperçoit que les rotations ne sont pas forcément bien faites. Donc nous pensons que cela va entrainer encore plus d’accidents de travail et d’arrêt maladie sur l’entrepôt. Car le gros souci réside dans le fait qu’en plus on nous demande une charge de travail de 7heures par jour à effectuer. Cette charge est possible avec des bonnes commandes et des complètes ce qui est très loin d’être le cas. Nous rappelons que nous n’avons pas de prime de productivité dans notre contrat de travail mais cela n’empêches pas à certains responsables hiérarchiques de mettre la pression pour que cette charge soit effectuée tout les jours.

De plus on s’aperçoit en ce moment que l’on manque de personnel sur entrepôt et que l’on gère le retard comme on peut. De ce fait nous pouvons dire que les conditions de travail se sont nettement dégradées en entrepôt depuis quelque temps et que malheureusement c’est souvent les magasins qui en paient les pots cassés, entre retard de livraison, palettes qui tombent, reliquats restant à quai…

Il parait que c’est un mauvais moment à passer mais nous avons surtout l’impression que les choses se dégradent de jour en jour et cela sur le dos du personnel qui travaille en entrepôt. Nous espérons que nous serons entendus rapidement car le climat social est lourd autant en entrepôt qu’en magasin et cela ne pourras durer encore trop longtemps car le ras le bol commence à s’installer avec la pression quotidienne et le manque de reconnaissance.  Nous espérons que notre Direction en prenne conscience très rapidement car des salariés mobilisés seront une vraie force pour faire changer les choses.

A suivre...

mise à jour du 15 octobre 2018