La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives

Direction régionale de Draguignan

CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR PICK BY VOICE

En magasin, nous avons souvent l'habitude de « grogner » lorsqu'une palette arrive mal filmée ou montée de travers, et donc de mettre en cause le travail fait en amont dans l'entrepôt par les préparateurs.

Soyons clairs, nous ne connaissons pas ou peu le travail effectué en entrepôt et encore moins les conditions dans lesquels il est fait.

Nous allons par le présent article essayer  de vous donner un aperçu général des conditions de travail d'un préparateur. Lorsque celui-ci arrive sur son poste, il récupère un terminal numérique qu'il accroche à sa ceinture et qui lui délivre les informations concernant l'emplacement, la quantité de colis et le numéro de quai pour lequel il doit préparer cette commande. A chaque fois qu'il a mis sur la palette le nombre de colis qui lui a été demandé, il doit valider verbalement par un « OK » dans son micro pour passer à la référence suivante...

Voilà donc notre préparateur, un casque sur la tête toute la journée, n'ayant pour interlocuteur qu'une voix anonyme lui dictant son travail et l'isolant mentalement de tout ce qui l'entoure jusqu'à sa pause ou sa fin de poste. Les instructions lui sont transmisent par réseau wi-fi donc par ondes électromagnétiques d'un niveau inférieur aux téléphones portables certes, mais quotidiennes et sur la durée du poste soit environ 7 heures et surtout, avec un impact sur la santé encore inconnu sur le long terme par manque de données scientifiques sur le sujet.

Et le bruit ambiant, imaginez une plate-forme avec des déplacements de trans-palettes, des déposes de palettes, ou des systèmes de ventilation... Il est prouvée que parfois, l'exposition sonore peut dépasser le seuil autorisé de 80 décibels.

Ce matériel « dernier cri » a forcément des inconvénients, il tombe en panne, le temps de connexion donné par la machine  est  différent de celui fait réellement par les préparateurs, les agents de maîtrise ne savent pas toujours répondre et régler les soucis rencontrés, le fil de connexion de l'appareil s'accroche au chariots et déconnecte le système, le réseau qui passe mal et qui oblige le préparateur à faire répéter la demande plusieurs fois ou a répondre plusieurs fois, le casque qui sert les oreilles ou la mousse qui est trop dure, les batteries qui tiennent plus ou moins bien la charge (n'oublions pas que chaque changement de batterie oblige le préparateur à retraverser l'entrepôt jusqu'à l'entrée, le notre fait 36 000 m2 sur les Arcs, changer sa batterie et se reconnecter)...

Et pour finir, le temps que passe un préparateur à filmer une palette n'est pas compris dans son temps de connexion, c'est presque du « bonus ».

Même si le préparateur a fait son « cotât » ou l'a dépassé, il peut avoir un temps de connexion insuffisant et se voire réprimander ou convoquer pour un manque de  minutes de connexion.

Les préparateurs ayant connu l'avant « pick by voice », préfèreraient revenir au système de commande écran qui leur permettait d'anticiper sur plusieurs produits de la commande et d'avoir le sentiment d'être moins robotisés et isolés dans leur travail, en sachant que les risques d'erreurs de préparation de commandes sont les mêmes quel que soit le système utilisé. Nous ne parlerons pas non plus du coût de ce système en sachant qu'un appareil au surgelé par exemple a une durée de vie moyenne de 30 à 45 jours...

Maintenant que nous connaissons un peu mieux les conditions de travail des préparateurs, qui ne sont pas seuls responsables des palettes livrées parfois en mauvais état, le chauffeur est aussi par sa conduite ou son maniement brutal des trans-palettes un facteur déclenchant d'autant plus qu'aujourd'hui les nouveaux entrepôts comme c'est le cas sur notre DR  de Draguignan n'ont plus de chauffeurs employés LIDL mais font appel à des sociétés de transports plus ou moins compétentes, le déchargement du camion peut aussi provoquer des « accidents » de palettes. Donc je recommence, maintenant, nous essayerons de penser aux conditions de travail de nos collègues en entrepôt qui ne sont pas meilleures que celles en magasins, stress, vitesse, fatigue... et nous ferons preuve de plus de compréhension à leur égard.

 

A bientôt sur notre site internet...

mise à jour du 15 septembre 2018