La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives

Direction régionale de Guingamp

Pick by voice

Pour info

La direction nationale a décidé, la mise en place du système « Pick by voice » de manière généralise sur toutes les directions régionales en entrepôt.

Cette technologie consiste à la préparation par commande vocale, qui se fait à l’aide d’un casque et d’un micro.

Les articles et les quantités à préparer sont dictés par une voix qui guide les préparateurs dans les différents emplacements de l’entrepôt.

Ce système entraîne un changement dans le travail et aurait des conséquences sur les conditions de travail.

Les membres du CHSCT de Guingamp DR 15 ont estime de ne pas pouvoir émettre un avis lors de la réunion CHSCT du 18 octobre 2012, suite aux remontés de divers problèmes rencontrés dans les autres directions régionales ou la mise en place a été effectuée, ils ont demandé la réalisation d’une expertise.

Ainsi le résultat de cette expertise et d’analyse des situations de travail actuelle, et le projet de transformation restitué le 17 mai 2013, selon les experts « le système étant ce qu’il est, il n’est pas possible de l’améliorer si ce n’est en refusant la mise en place de Pick by voice ».

Conséquences :

Une fragilisation du collectif et du lien social.

Réduit nettement la communication.

Propos des préparateurs : « On se parle moins [avec Pick by voice]. »- « Avant on travaillait en parlant, maintenant on peut plus parler. »- « on est vraiment prisonnier du casque, on peut plus discuter, là on peut plus, si on enlève le casque on peut plus travailler. »- « on est des robots, on déconne moins, c’est moins convivial. ».

Conclusion, c’est donc la santé du collectif de travail, et donc celle de ses membres, qui est fragilisée dans ce processus d’individualisation, c’est une mise a l’écart dans la sphère professionnelle ou privée.

Un appauvrissement du travail

Ce système réorganise fondamentalement le travail des préparateurs en les privant des faibles marges de manœuvre auparavant, il ne gère plus une commande, ni même des marchandises, il répond à une suite d’instructions codées.

Propos des préparateurs : « c’est plus chiant car il faut traiter une référence à la fois. »- « avant c’était mieux pour la palettisation, là on n’a pas de vision globale de la commande. »

Au final, la marge d’autonomie que laisse le système se limite à la gestion de leur cadence de travail et à une dépose de colis compatible avec l’équilibre général de l’empilement sur une palette. (Robot)

L’emprise de la machine

Les préparateurs utilisant ce système ont maintes fois témoigné d’un sentiment de dépendance aliénante à la machine, augmenté des difficultés d’usage qui sont liées au dispositif technique de reconnaissance vocale lui-même et à la qualité de transmission.

Propos des préparateurs : « il faut tout le temps parler, il faut répéter. »- « on répète sans cesse. »-« on est tout le temps en train de parler ‘répéter, répéter’. ».

Dans ce contexte, impossible d’aérer son esprit en pensant à autre chose tout en faisant, impossible de rêver, le corps et l’esprit doivent être pleinement engagés dans la tâche

C’est ainsi une emprise de la machine, physique et mentale, qui est ressentie par les personnes ; qui se traduit en fin de journée par une grande fatigue, et aussi des maux de tête.

Propos des préparateurs : « des migraines tout le monde en a connues le soir »- « dans ma zone de nettoyage je dis parfois ‘répéter’ ! Devant mon gamin ou à mon mari,’ok’ ! »

Plusieurs phénomènes peuvent mener les préparateurs à accélérer leur cadence de travail, ex : l’accélération comme moyen de défense psychique ; la sollicitation ininterrompue du système demandant réponse, par un effet « boule de neige ».

Un risque pour l’appareil auditif

L’INRS indique un risque sur ce plan, car les personnes auraient tendance à régler le débit et le volume au maximum.

Propos des préparateurs : « Non je ne change pas d’oreille, je n’aime pas. »- « l’autre oreille ? Non, je n’arrive pas à travailler avec. »- « j’entends moins de l’autre oreille donc je ne peux pas. ».

Le risque de fragilisation est donc réel si on considère la conjonction de ces deux facteurs (volume sonore et absence d’alternance d’oreille).

Une hausse de la fatigue générale

A l’utilisation de ce système « Pick by voice » avec son lot de contraintes physiques, mais surtout psychiques et sociales, occasionne un état de fatigue générale accrue.

Propos des préparateurs : « depuis Pick by voice, je suis plus fatigué après une journée de travail. »- « quand je rentre le soir, je suis mort, moralement et physiquement. »- « c’est plus de fatigue par rapport à l’écran. ».

Recommandations

Selon les experts :

Prévoir une phase préalable d’écoute et de dialogue

Il s’agit de suspendre le projet afin d’étudier, avec la participation des préparateurs et à la lumière du rapport, qui pourrait servir de base de travail, les aménagements concrets qu’il serait possible de mettre en place.

 

Pour tous renseignements n’hésitez pas à nous contacter

 

mise à jour du 15 juillet 2018