La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives

ALERTE PICK BY VOICE

le 26 juin 2013

courrier avec A/R :

LIDL SNC
35 rue charles peggy
67200 strasbourg

copie à :

MR le président CHSCT PLOUMAGOAR
Mr le secrétaire du CHSCT de PLOUAMAGOAR
Mr le secrétaire du CNHSCT LIDL
Mme et Mrs les secrétaire des CHSCT des DR LIDL
CARSAT
INSPECTION DU TRAVAIL

 

objet : alerte : - conditions de travail des préparateurs de commandes LIDL

                       - danger du système de commande vocale "pick by voice" introduit aux entrepôts LIDL

 

Mesdames, Messieurs,

A titre préliminaire, la CGT tient à rappeler que l'accord du 30 septembre 1997 a créé au sein de la société LIDL, une CNHSCT dont l'objet est : soit d'examiner les questions  restées sans réponses au niveau des régions du fait de leur manque d'autonomie, soit de recommander des méthodes de travail ou des moyens uniformes à l'ensemble des DR en matière d'hygiène, sécurité et des conditions de travail.

ceci rappelé, la CGT entend  alerter la société LIDL sur les points ci-dessous.

Cette alerte est adressée à la société LIDL et une copie au président et au secrétaire du CHSCT de PLOUMAGOAR  ainsi qu'à la CNHSCT,des secrétaires des CHSCT des DR dans la cadre de la généralisation du système de commande vocale en question.

Le CHSCT de PLOUMAGOAR a mandaté le cabinet EMERGENCES dans le cadre des dispositions de l'article L4614-12 et L4614-13 du code du travail en vue d'une analyse sur les conséquences qu'entrainera le système "pick by voice", mis en place par la société LIDL  sur les conditions de travail des préparateurs de commandes.

Il s'agit d'un projet important et d'ampleur  modifiant les conditions d'hygiène et de sécurité et les conditions de travail des salariés.

Le système "pick by voice" est déjà mis en place dans certains entrepôts de la société LIDL sur le plan national.

Son retrait pur et simple s'impose et aucun autre entrepôt  ne doit recevoir un tel système nuisible à la santé (au sens de l'organisation mondiale de la santé) et dangereuse pour la sécurité des salariés.

Conclusions de l'étude du cabinet EMERGENCES :

- sur la pénibilité à l'entrepôt de PLOUMAGOAR, le rapport indique notamment que :

. Parmi les conditions d'environnement de la tache des préparateurs de commande de l'entrepôt de PLOUMAGOAR, la contrainte thermique est un facteur défavorable imposant un coefficient correcteur de 0,8

. Les préparateurs réalisent leur activité sous contrainte de temps, ont une marge de manœuvre réduite. On est en présence de plusieurs facteurs défavorables, le coefficient correcteur est de 0,7.

. Les colis ne devraient peser en aucun cas plus de 6,3 kg pour ne pas avoir de façon automatique des effets néfastes sur la santé des préparateurs. Or, les colis les plus lourds que mentionnent les préparateurs pèsent près de 4 fois ce seuil.

.Aucun préparateur de PLOUMAGOAR ne devrait manipuler, au cours de sa journée de travail, un tonnage supérieur à la valeur maximale acceptable sans qu'il y ait atteinte à sa santé et en aucun cas un cumul de charge atteignant la valeur maximale sous conditions. Les différentes valeurs maximales acceptable et sous condition  figurent au tableau (pages 32,33,34)

. Les préparateurs réalisent leur travail avec une fréquence gestuelle (un colis toutes les 13,12,11 voire 9 secondes selon les rayons) très éloignée de la situation de référence proposée par la norme(un colis toutes les cinq minutes). Cette intensité est un facteur très important de pénibilité et entraine une élévation du  risque de TMS. Même si l'on retient la cadence des préparateurs travaillant pour les entreprises membres de PERIFEM (moyenne de 168 colis à l'heure), la pression temporelle des préparateurs de l'entrepôt de PLOUMAGOAR est de toute évidence supérieure à ce qui est présenté dans cette enquête,  pression qui nuit de façon très importante au développement des marges de manœuvre nécessaires à l'accomplissement du travail.

. Les préparateurs, confrontés à la réalité du travail, n'utilisent que très peu les gestes sécuritaires proposés. Pour une part, c'est le positionnement des colis sur les palettes qui  ne permet pas aux préparateurs de réaliser cette gestuelle, notamment à cause de la profondeur des palettes et de leur positionnement bas. Les colis ramassés en fond de palette et au ras du sol sont les plus pénalisants en terme de contrainte sur les vertèbres lombaires.

. La hauteur des palettes oblige les préparateurs à porter jusqu'à 1,80 m. D'autres tâches sont source de lésions à l'épaule, une salariée de l'entrepôt de PLOUMAGOAR ne parviendrait plus, selon son témoignage, à "agrafer son soutien gorge"

. Les pathologies du dos sont les plus répandues à l'entrepôt de PLOUMAGOAR

. L'amélioration des conditions de travail, avancée par l'accord d'entreprise, est toute relative.

. La technique dite de polyvalence ne sert qu'à limiter fortement les possibilités de reclassement des salariés déclarés inaptes. L'échec de la prévention conduit à licencier des salariés pour inaptitude.

 

- Sur le système "pick by voice", le rapport indique notamment que :

. Le système dit "pick by voice", déjà introduit dans certains entrepôts de la société LIDL et dont l'introduction à PLOUMAGOAR est en projet notamment pour limiter les erreurs dans les commandes, consiste en une technologie de transmission des commandes aux préparateurs avec guidage par voix synthétique. Chaque préparateur doit ainsi être équipé d'un casque serre tète (écouteur et microphone). Or, 7 directions régionales présentent des écarts supérieurs à PlLOUMAGOAR alors que 6 de ces 7 directions dont les résultats sont examinés sont équipées du système "pick by voice";

L'utilité du système n'est donc pas établie.

Or la comparaison du travail de 2 préparateurs, dont un est équipé du système "pick by voice", ne fait que ressortir la pertinence d'une manipulation plus aisée qu'offrirait le système.

Il est plutôt contraignant, limite la liberté de mouvement du préparateur et représente un risque réel de chute en raison du fil.

Il en ressort que le système ne représente aucun intérêt, ni en termes de productivité, ni en terme d'amélioration des conditions de travail. Bien au contraire.

. Le système enferme et isole à l'excès le préparateur en rompant toute possibilité de dialogue entre les préparateurs. Le système est donc source de rupture du lien social dans l'entrepôt.

. Le préparateur de commande perd la très faible marge de manœuvre qu'il disposait, n'a plus aucune règle donnant un sens à son travail et devient un exécutant d'instructions d'une machine qui aliène (physiquement et mentalement)

. Répétition, nervosité constante face à l'appareil, fatigue, maux de tête

. Risque réel sur l'appareil auditif (avec une probabilité réelle d'inaptitude)

 

Alerte :

La CGT APPELLE A LA RESPONSABILITE D'ABORD DE L'EMPLYEUR ET ENSUITE DU CHSCT.

Il ressort du rapport que les conditions de travail actuelles des préparateurs, notamment ceux de PLOUMAGOAR doivent s'améliorer et le rapport émet de nombreuses recommandations précises (poids des colis, hauteur des palettes et des colis ...)

Sauf erreur, la CGT n'a à ce jour reçu aucune proposition ni avis du CHSCT de PLOUMAGOAR

LE CHSCT NE PEUT QU'EMETTRE UN AVIS DEFAVORABLE A L'INTRODUCTION DU SYSTEME "PICK BY VOICE" qui n'aura qu'un seul effet, accroitre les risques professionnels et dégrader les conditions de sécurité et de travail des préparateurs sans aucun avantage.

Ce système est un dispositif qui permettra un contrôle général et permanent des préparateurs, excédant les limites autorisées par la réglementation.

Que deviennent les données enregistrées? qui y a accès? A quoi servent elles?

Il est précisé qu'aucune documentation n'a été diffusée sur ce système au sein de l'entreprise.

La CGT rappelle que, sur le sort des données enregistrées sur chaque appareil, il appartient au CHSCT (dans la DR où le "pick by voice" est déjà introduit) et à la CNHSCT de demander la preuve que l'entreprise a effectuée un dépôt de dossier auprès de la CNIL (récépissé de déclaration ou délibération d'autorisation) ou l'éventuelle réaction de la CNIL;

la CGT alerte l'employeur(copie adressée au CHSCT de la DR de PLOUMAGOAR, à la CNHSCT et au CHSCT des DR LIDL  sur l'ensemble de ce qui précède en l'invitant à prendre connaissance détaillée du rapport. La CGT  est consciente de ce que le CHSCT n'a pas de réels pouvoirs décisionnels en la matière puisque l'entière responsabilité de ce qui précède incombe à l'employeur.

Le CHSCT, qui doit contribuer à l'amélioration des conditions de travail et à la protection de la santé mentale et de la sécurité des salariés LIDL, dispose de capacités d'interventions et doit transmettre à la société LIDL ses propositions et son avis défavorable sur le système "pick by voice".

La CNHSCT doit prendre toutes ses responsabilités, à la lecture du rapport sur le système "pick by voice". Un audit des entrepôts réalisé par un expert indépendant doit être diligenter dans lesquels le système "pick by voice" est déjà introduit doit être réalisé et la CGT prend acte de ce qu'il s'agit d'un système aliénant, dangereux pour les salariés et sans aucun avantage.

Le système "pick by voice" ne doit pas être introduit à l'entrepôt de PLOUMAGOAR ni aucun autre entrepôt et son retrait doit intervenir sans délai.

La CGT entend alerter la société LIDL de ce que "pick by voice" est dangereux pour la santé des préparateurs de commande et représente un risque réel.

La société LIDL ne peut pas ignorer la sévérité qu'il convient de retenir de ce rapport concernant les dangers du système "pick by voice".

Toute inaptitude d'un préparateur et/ou un accident du travail qui serait en lien avec le système "pick by voice" pourrait constituer une faute inexcusable et la CGT tenait, par cette alerte à le préciser.

 

pour la CGT

Thierry CHANTRENNE

délégué syndical central

mise à jour du 15 septembre 2018