La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives

Direction régionale de Draguignan

 

Lettre ouverte aux employés

 

Depuis  longtemps déjà, mais plus encore ces derniers mois nous ne pouvons que constater la morosité du climat social sur notre DR qui est le reflet de LIDL FRANCE. On veut  que  notre gérance prenne conscience du malaise et du mal être que peuvent ressentir les salariés au sein de notre société.

Entre   le manque de personnel dans les magasins,  la surcharge de travail, la dégradation  des conditions de travail, le manque de reconnaissance, la pression hiérarchique, la suspension de la prime de participation, le travail des dimanches et des jours fériés , le non respect  des revendications des salariés, le  suivit du   côtas  pour les caristes (25 palettes à  l'heure), celui aussi des préparateurs... Rien ne va plus.

Nous abordons aujourd'hui également le manque de moyens, le non respect  de la sécurité des salariés par une surcharge de travail qui nous fait souvent oublier les rudiments de sécurité qui pourtant nous concernent au quotidien, le non respect des engagements tenus par la DR, le manque de communication.

Pour certain, la pression est telle, que le       lissage d' heures (débadgage avant la fin de son travail, ou badgage après avoir commencé) semble naturel. Le non respect du code  du travail et de la  convention collective, le  non respect des plannings sans cesse modifiés parfois sans l'accord des salariés et même sans les prévenir. Le non respect de l'affichage   S  plus 2, le  non respect de l'affichage des vacances avec, la aussi, des modifications "sauvages", les  formations baclées, les  RVS parfois inhumains   ne respectant ni les besoins des salariés ni ceux des magasins (productivité abusive, absents non remplacés, papiers des employés non envoyés, demandes d'acomptes non suivies au détriment des demandeurs...) et qui ce permettent de distribuer les sanctions pour tout et n’importe quoi .

Les salariés dans le besoin  n' osent rien dire  et  l'assurance de leurs supérieurs leur donne la sensation q'ils n'ont pas d'autre choix que celui de subir et se taire ce qui fait qu'à la première occasion ils quittent l'enseigne LIDL pour un nouveau travail. Sur certains magasins nous ne reconnaissons pas les employés d'une visite sur l'autre. Certains pensent être anciens chez LIDL au bout de 3 mois de présence (le temps doit leur sembler long...).

La parole d'un supérieur doit avoir plus de valeur que celle d'un ELS, car même si l' ELS a raison ou s'est faite insulter, les sanctions ne tombent jamais sur les supérieurs sauf si c'est "l'homme à abattre" et que la plainte de l'ELS tombe à pic. Sans parler du personnel en dépression ou qui vient travailler avec la boule au ventre. La Direction nous dit "si vous n’êtes pas satisfait, la porte est grande ouverte", on le voit, sur certains secteur la porte est tellement grande ouverte que les RVS distribuent des appels à candidature dans les campings ou font appel à des organismes de formation ou à pôle emploi pour recruter des gens qui ne restent pas. Après cela allez motiver des équipes, sans reconnaissance du travail accompli,  uniquement avec la politique du bâton.

La démotivation est le maître mot, l'envie de travaillez dans une enseigne comme LIDL qui veux faire de ses magasins un simili des grandes enseignes avec les moyens d'un discounteur n'existe plus ou si peu qu'elle passe inaperçue.

Si vous vous reconnaissez (et vous serez nombreux à le faire) dans ces quelques lignes, n'hésitez pas à nous contacter et à nous rejoindre dans notre combat quotidien.

 

 

mise à jour du 30 décembre 2017