La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives

Direction régionale de Meaux

 

Un DS CGT demande à respecter la loi et le code du travail et voilà le résultat.

 

Les médias ont été contacté et un reporter national doit me rappeler.
Et oui lorsque vous allez lire ce texte chers camarades vous allez rester perplexe et la suite reste encore plus étonnante.
Mais je vous l'expliquerai au prochain article.
Bonne lecture, bon courage à vous car il nous en faut sur la DR19, et surtout ne lâchez rien car NON vous n'êtes pas des bouts de viande.
Vous êtes des êtres humains mais êtes vous vraiment défendu comme vous le souhaitez par des personnes qui se cachent derrière une façade?
Moi vous la savez je suis sur le terrain comme vous tous les jours et le soir je suis épuisé.
Alors rejoignez le syndicat qui connaît le métier et qui en bave tous les ans avec vous.

REAGISSEZ
REJOIGNEZ la CGT

La seule à faire passer vos intérêts avant les siens.
Je ne suis pas que délégué syndical CGT mais votre délégué syndical.

Votre collègue et confrère.
Jean-Michel Ledean
Délégué syndical CGT.
Représentant syndical CHSCT .

VOICI LE COURRIER QUE J’AI ENVOYE ET SIGNE PAR TOUT LES SYNDICATS SAUF UN (POURQUOI, POSEZ VOUS LA QUESTION ?)

 

Beuvardes, le 03 mars 2014

Monsieur le directeur régional de lidl Crégy-les-Meaux (DR 19),
Lors de la réunion DP du 28 février 2014, je vous ai fais part d'une proposition et vous m'avez pris à parti devant tous les syndicats.
La requête que je vous ai formulé avec politesse et respect était à la base une question collégiale, pour laquelle mes collègues syndiqués m'avaient demandé de prendre la parole.
Votre comportement inexcusable aurait dû s'appliquer à toutes les personnes présentes et non pas uniquement à moi.
Cette dernière tenait en ces quelques mots : « nous voudrions faire une pause avec votre accord afin d'aller manger, car souvent les réunions DP chevauchent la plage horaire 12h00-14h00».
Pour exemple la dernière en date c'est effectuée de 10h00 à 16h00 non stop.
C'est pour cela que nous avions demandé à l'avant dernière réunion que les prochaines soient avancées de 10h00 à 9h00, ce qui a été fait.
Je tiens à vous préciser que les travailleurs le faisant sont incendiés voir sanctionnés et qu'à la base nous n'avons en aucun cas à vous demander l'autorisation de respecter la loi française, le code du travail et la convention collective!!!!
Vous nous avez cependant une fois de plus imposé à ne pas respecter la loi, en nous obligeant à procéder de la sorte vous vous êtes mis juridiquement en porte à faux vis avis du code du travail et de la convention collective.
Juste après NOTRE demande vous vous êtes emporté en hurlant, en vociférant, sur un ton inadapté et rabaissant envers moi.
La teneur de ces attaques était : «vous n'avez pas le droit à la parole et TAISEZ-VOUS ou SORTEZ».
Ces injonctions m'ont profondément choquées car elles étaient, en plus de la violence avec lesquelles vous me les jetiez au visage, menaçantes avec votre doigt pointé dans ma direction.
Je ne suis pas votre défouloir monsieur le directeur régional.
De plus le fait de m'ordonner de me taire lors d'une réunion dp est tout à fait illégal car étant invité par un autre syndicat, j'ai le droit à la parole, d'intervenir sur les questions, et sur ce fait je vous ai laissé continuer votre monologue dans lequel je me suis permis de vous dire que vous n'étiez pas le seul à pouvoir parler fort et que je vous priais de vous adresser à moi sur un ton respectueux, moins agressif et moins condescendant ( n'êtes vous pas là pour montrer l'exemple, n'êtes vous pas le garant des valeurs morales de la société ainsi que le garant de la santé physique et morale de vos travailleurs?
Certains de mes collègues syndicalistes ont tentés d'intervenir en vous faisant remarquer que votre manière d'agir était injustifiée, que vous étiez trop énervez, ils vous ont demandé de vous calmer, malheureusement en vain.
A un moment donné, j'ai échangé quelques mots avec un rvs ( délégué syndical CGE-CGC), presque en silence de peur de représailles, mais dépité j'y ai eu le droit une fois de plus.
Cette nouvelle agression verbale a eu pour termes: «je vous ai dis de vous TAIRE ou de SORTIR!».
Je profite de ce nouveau manquement grave au code du travail pour signaler que vous n'avez en aucun cas le droit de me faire quitter une réunion des délégués du personnel quand j'y suis invité par un syndicat quel qu'il soit.
Le manque de respect envers ma personne (être humain de mon état), a été tout à fait intolérable, inadmissible, outrancière, déplacée et inqualifiable.
Vous avez également insulté tous les syndicats présents en tenant des propos éloquents à notre sujet, en nous faisant comprendre que lorsque nous sommes en réunion nous ne travaillions pas et que cela ne doit pas durer toute la journée!!!!!
La CGT tient à vous stipuler que la durée des réunions ne peut être définie à l'avance, et que si les problèmes récurrents étaient traités par vous même ou vos collaborateurs, nous n'aurions pas à les reformulés.
Nous vous parlons avec respect et humilité, nous vous demandons de faire de même .
Les réunions que nous animons ensemble ont pour seul but l'amélioration des conditions de travail, une avancée humaine et professionnelle entre autre.
J'ai également ressentie depuis mes deux dernières lettres à Monsieur Fuchs, Monsieur Calcoen et à madame Ott (inspectrice du travail) qui vous a répondu, au sujet de ses pauvres travailleuses qui se sont fait braquées sept fois, qu'il y a une rancœur, voir un acharnement progressif de vous et du RVR concerné.
Ce dernier aurait tenu une fois de plus des propos disgracieux envers moi qui seraient: «de toute manière je vais mettre Monsieur Ledean sur toutes les réimplantations ça va le calmer».
Ce qui est étonnant c'est que mon rvs m'a appelé lundi 03 mars 2014 pour me demander d'être présent aux réimplantations frais des magasins de Montmirail (1870), de la ferté gaucher (1854), et que j'allais en faire d'autres.
Je vous demande et ceci n'est pas une requête mais une injonction comme vous savez si bien les utiliser monsieur le directeur régional: RESPECTEZ- MOI et RESPECTEZ la CGT s'il vous plait.
Je prendrai en exemple les réunions au siège, ils nous arrivent très souvent de ne pas être d'accord mais même si le ton peut monter il n'est jamais irrespectueux, grossier ou menaçant.
Pour finir je profite de cette missive, Monsieur Fuchs, pour vous demander audience ainsi qu'à Monsieur Calcoen (je vous ai laissé un message sur votre portable vendredi 28 février 2014), et pour laquelle je demanderai la présence de mon DSC France CGT LIDL, Monsieur Chantrenne .

Je vous prie d'agréer, Mesdames, Messieurs, l'expression de ma haute considération.
Je me réserve le droit d'en informer la presse, les médias et de déposer plainte auprès du procureur de la république.

Cette lettre est établie pour servir et valoir ce que de droit.

Monsieur jean-michel Ledean
Responsable magasin.
Délégué syndical CGT
Représentant syndical CHSCT.

 

mise à jour du 15 janvier 2018