La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives

Direction régionale de Draguignan

 

Témoignage n°2

 

Le mois dernier nous vous avons retranscrit le témoignage d'un préparateur de commandes  chez LIDL, cette fois c'est celui d'une ELS que nous allons vous diffuser.

Je suis étudiante en fin de cycle et à la recherche d'un emploi. Mes parents clients chez LIDL voient une annonce affichée en magasin parlant d'embauche pour la période des congés annuels et bien que je ne compte pas reprendre mes études l'année prochaine, j'espère trouver un emploi dès la rentrée dans ma branche, ce travail sera une expérience de plus et « gonflera » un CV plutôt maigre.

Je porte donc mes papiers en magasin et par chance, suite à un entretien avec le RVS  ma candidature est retenue. J'ai à ce moment là je dois le reconnaître une autosatisfaction démesurée vu que nous étions  une bonne dizaine pour le poste.

Le jour « J », un jeudi, je me présente avec un peu d'avance et je suis accueillie par le chef de magasin qui ni une ni deux me confie après un très rapide tour de magasin à une ELS (j'avoue qu'à ce moment là je ne sais pas ce que cela veut dire) en caisse, et là commence pour moi 4 heures de cauchemars.

Je suis derrière elle et la regarde travailler, les articles clients défilent et le bip bip répétitif a tendance à m'assoupir. Je ne suis tirée de ma torpeur que par des « bonjour », « vous réglez comment », « merci », « au revoir »...  Bien sur j'apprends que les F/L sont enregistrés par codes, qu'il faut même parfois les peser. Que je dois apprendre par cœur les codes des F/L et de la viennoiserie, à quoi correspondent les touches sur le clavier mais j'ai déjà fait un peu de caisse et il y a tellement de monde en ce jeudi, jour (je l'apprends également) de non food que la personne qui me forme n'a pas le loisir de me laisser tourner sur  la caisse.

Le lendemain, je reviens, je ne sais même pas pourquoi, un mélange de stress dû au nombre de choses à retenir et d'angoisse de passer une journée de plus à regarder travailler une collègue se bousculent à l'intérieur de moi. Et là surprise, une employée n'est pas venue, sans prévenir, alors on me donne une caisse en me disant que pour tout problème je me retourne et demande à la caissière derrière moi. Les 7 jours de formation initiale se sont transformés en 4 heures. Sauvée, enfin c'est ce que je me dis à ce moment là mais en fait c'est la galère. Je pars le soir avec un torticolis et la vague impression d'avoir été nulle.

Les journées suivantes se déroulent bon an mal an sans incidents particuliers, sauf que je m'aperçois au bout de 3 semaines  que les absences sont nombreuses et de ce fait, je ne sais rien faire d'autre que de la caisse et du ménage. Comme je suis nouvelle et à priori là uniquement pour remplacer les personnes en congés, la majeure partie de mes horaires se situe entre 13 h  et 21 h car si en théorie je finis à 20 h 30, ce n'est que de la théorie. En effet je quitte le magasin tous les soirs entre 21 h et 21 h 30, soit il y a eu un monde fou, soit il manque quelqu'un, soit le camion est arrivé plus tard, enfin il y a toujours un problème.

Un beau jour, au bout de 5 semaines de présence, je ne sais pas par quelle miracle je me retrouve en rayon, et là surprise, on s'aperçoit que je ne sais rien faire, ni me servir d'un trans palettes électrique, ni mettre des « complètes », ni même cartonner correctement. Vu que je n'ai pas eu de formation en même temps, ce n'est pas étonnant, et pourtant  bizarrement ça étonne tout le monde, mais là encore on n'a pas de temps pour moi. Je passe donc le reste de la journée à cartonner du mieux que je peux, enfin comme je le ferai si c'était MON magasin ce sont les termes employés.

Au bout de 2 mois mon contrat se termine mais comme je n'ai pas trouvé le travail de, mes rêves et que je reconnais LIDL me laisse du temps libre comme je ne travaille qu'en demi journées pour le trouver, lorsqu'on me propose de prolonger l'aventure, j'accepte.

Là on se dit que peut être il faudrait me former un peu mieux, et en 1 semaine on m'apprends comment fonctionne un trans palettes électrique, la machine à balles pour les cartons, la machine à laver le sol et même à faire le pain... J'en apprends tellement d'un coup qu'en réalité je mélange tout mais ce n'est pas grave, j'ai peur que si je le dit on revienne sur ma proposition de contrat. J'ai tout avalé je finirai bien par digérer et assimiler. La caisse me faisait bien peur et pourtant je suis devenue une « pro », alors avec BAC + 3 je dois bien réussir à faire du pain, pousser et diriger une machine à laver par terre, faire une balle et soulever des palettes... Et bien non, on doit me réexpliquer parce que ce travail ingrat est relativement compliqué contrairement à ce que pensent la majorité des gens, et une VRAIE formation est nécessaire si on ne veut pas faire n'importe quoi n'importe comment.

Je passe sur les épisodes où il y a tellement de travail et d'absents que la productivité explose et le stress avec, où je vois les chefs caisses, les AM et le RM découragés et en proie à une fatalité déconcertante, le RVS qui arrive après la bataille et qui pour dédramatiser la situation lance un « vous voyez, vous y êtes arrivé, et puis on a une bonne produc ça compensera les chiffres désastreux de la semaine dernière, continuez », sans même se rendre compte ou faisant comme si, que les employés sont épuisés. Peut importe la gérance sera contente et notre DR continuera son ascension vers la première place tant convoitée...

Aujourd'hui ça fait 3 ans que je travaille pour LIDL, j'ai bien essayé de trouver autre chose mais sans expérience j'ai du mal, je ne désespère pas et surtout, je refuse tout avenant de chef caisse. J'ai vu et je vois nombre de personnes ayant un avenant et n'étant jamais titularisé à leur grand regret que je me refuse à faire parti du lot.

J'avais le choix entre subir et me battre, j'ai attendu mon CDI et pour fêter ça je me suis syndiquée à la CGT. Je n'ai jamais eu à regretter mon choix et j’incite nombre de mes collègues à me suivre, j'ai trouvé une équipe soudée, compétente et à mon écoute.

Voilà un témoignage très significatif de ce que nombre d'entre nous ont subit ou subissent au quotidien, si vous   vivez la même situation contactez nous, nous ferons tout pour vous aider. Ne restez pas seul.

Prochainement nous vous parlerons du témoignage d'une de nos chef caisses

 

mise à jour du 15 décembre 2018