La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives

Direction régionale de Lunel

 

Les désillusions d'une salariée motivée 

 

Ce récit, pourrait être le votre ! Je suis rentrée dans l'entreprise, il y a quelques années et j'ai eu droit à une évolution assez rapide. J'ai accepté le poste de chef caisse titulaire un an après mon embauche dans notre enseigne, dans l'espoir de pouvoir atteindre le poste de responsable magasin.

Dès le début, les tâches demandées étaient difficiles à accomplir avec toujours la pression des superieurs(plus de rapidité, plus de rendement,   aucune rupture, course à la productivité) que nous entendons chaque jour. Avant l'arrivée des pointeuses sur les magasins de notre direction régionale, les heures de travail dissimulées étaient plutôt incitées. Depuis il est très souvent conseillé d'accepter de faire des heures supplémentaires parfois par obligation (biensûr toujours dans l'esprit de dépanner Notre magasin).

Mais la dernière saison estivale et les mois qui ont suivi, se sont très mal déroulés(gros manque constant d'effectif), du coup perte de poids pour certaines de mes collègues de travail ainsi que pour moi même sans que cela n'inquiète nos superieurs. Egalement depuis l'arrivée de mon nouveau responsable vente secteur, mon évolution a été stoppé net. Il m'avait proposé de partir sur un autre magasin afin d'acquérir plus d'expérience et de pouvoir évoluer au poste d'adjoint manager. Malheuresement pour moi, ce dernier a considéré que je n'étais pas assez minutieuse pour obtenir ce poste.

A mon retour sur mon magasin d'origine, j'ai très vite compris que son but n'était plus de me faire évoluer mais plutôt de me faire craquer (voir démissioner). Avec le temps, j'ai bien remarqué que les tâches de travail s'accumuler de plus en plus. Le plus choquant , c'est qu'on nous demande de surveiller en plus des clients douteux, les caissières soupçonnées de vols. Tout en continuant de réaliser la mise en rayon en un temps record des fruits et légumes,de la viande,volaille ; du frais ,de la mise en place des tables non-food et des actions hebdomadaire,en évitant les ruptures et en gérant au mieux les caissières( leurs passations et leurs pauses) ainsi que la propreté du magasin et ses extérieurs. Sans oublier le poste de la boulangerie, stratégique pour la direction mais du travail en plus pour les salariés sans aucune augmentation de personnel dans nos magasins.

Jusqu'à présent,j'ai toujours tenu mon poste de travail du mieux possible,mais j'ai voulu demander une mutation sur un magasin pour me rapprocher de mon domicile que j'ai faîte oralement et par écrit,sans réponse de la part de mes supérieurs. Plus tard mon responsable magasin m'a poliment répondu que ce n'était pas à l'ordre du jour.

Au bout du compte, moi qu'il y a peu de temps encore ambitionnais d'évoluer dans notre entreprise, je suis rapidement redescendue de mon nuage et j'ai de plus en plus de mal à accepter le projet pôle position de nos dirigeants qui abandonne ses salariés honnêtes.

C'est pour cela qu'aujourd'hui après avoir adhérée à notre syndicat, j'ai décidé de témoigner et me battre avec l'ensemble des salariés qui veulent comme moi relever la tête,défendre nos droits, améliorer nos conditions de travail.

Et répeter à nos supérieurs que nous ne sommes ni des robots,ni des bêtes mais des êtres humains.

Nous vous informons que la prochaine réunion des délégués du personnel aura lieu le 27 novembre, si vous souhaitez qu'un sujet soit abordé, n'hésitez pas à prendre à contact avec vos élus et représentants CGT au moins 72 heures avant cette prochaine réunion.

Vu que la direction aime lire nos articles et en apprécie certains et pas d'autre. De temps en temps nous contiuerons à vous publier les comptes-rendus des réunions des délégués du personnel.

 

mise à jour du 30 octobre 2018