La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives

Direction régionale de Draguignan

 

Témoignage n°3

 

Dans le cadre des témoignages déjà publiés dans notre site de la CGT LIDL, après le témoignage d'un préparateur de commandes et celui d'une ELS, nous vous présentons aujourd'hui le témoignage d'une Chef Caisse, présente dans notre société depuis plusieurs années.

Lorsque j'ai débuté dans la société LIDL, le travail d'une chef caisse n'avait rien à voir avec celui d'aujourd'hui.

J'ai été embauchée comme ELS dans les années 2000 et nous pouvons dire sans arrière pensée qu'à l'époque, à part la gestion du coffre, des clefs de caisses et du non food, nous n'avions aucune autre responsabilité.

On m'a proposé un jour de devenir chef caisses, parce qu'aux dires de mon chef de magasin de l'époque et mon RVS (réseau à l'époque), je ne faisais pas d'erreurs de caisse, mon travail était sérieux et j'avais un bon esprit d'équipe.

J'ai alors accepté de faire un essai pour un été, et promis de donner une réponse définitive à la fin  de cette période. Fin septembre j'avais mon avenant CC après la fin de ma formation et la validation de mes acquis.

>J'ai vu mon poste évoluer au fil des ans mes pas mon salaire.

Je trouve que nous avons eu au cours des 5 dernières années beaucoup de tâches supplémentaires ajoutées à celles que nous avions déjà. En plus de la responsabilité de l'argent qui est quand même énorme vu les sommes manipulées chaque jour, le non food 2 fois par semaine, la gestion des clients mécontents suite à un produit qui ne fonctionne pas, un prix affiché qui n'est pas le même que celui du ticket de caisse, une rupture magasin qui a obligé le client à revenir plusieurs fois, un paiement par chèque qui ne peut être remboursé que dans 7 jours....

On a vu notre travail s'accroître avec les commandes magasin à faire, de plus en plus de non food et surtout de food, des changements de prix permanents, des affichages publicitaires décuplés, des transferts de non food plus fréquents qu'avant, des ventes promotionnelles de non food (les 2, 5, 10 € …), des retours à gérer avec beaucoup de vigilance vu les pertes d'agent que cela peut engendrer sur le magasin, et j'en passe et des meilleures.

Malgré tout ce travail, toutes ces charges supplémentaires, on se retrouvent à une place et surtout un salaire qui ne reflète en aucune façon nos responsabilités.

Nos supérieurs nous considèrent comme des sous adjoints, et les ELS comme des chefaillons qui se croient plus importants qu'ils ne le sont en réalité. On nous dit souvent, « moi je fais 5 heures de ménage en plus par semaine et j'ai le même salaire que toi, les emmerdes et les responsabilités en moins ». Le plus triste c'est que c'est vrai.

Heureusement, cette année 2014 nous a apporté du changement. Nos salaires ont été revalorisés, et j'ai trouvé auprès de l'équipe de la CGT de notre DR, des personnes à notre écoute, prêtes à intervenir pour nous en cas de conflits, et nous soutenant auprès de notre hiérarchie.

J'ai plus de 10 ans d'ancienneté et je viens seulement de me syndiquer à la CGT car j'ai senti le vent tourner et pas en notre faveur. Je me sens mieux, ça peut paraître idiot, mais j'ai la sensation d'être entrée dans une équipe, mieux même, une famille.

Je conseille aujourd'hui tous ceux qui m'en parle de nous rejoindre, c'est marrant, je dis déjà « nous » comme si j'étais à la CGT depuis des années...

Si comme notre collègue, CC vous avez besoin de rejoindre une équipe prête à se battre pour vous, à votre écoute et pouvant vous conseiller, rejoignez nous.

Prochainement nous vous communiquerons le témoignage d'un chef de magasin.

 

mise à jour du 30 décembre 2017