La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives 2015

Direction régionale de Lunel

 

Pourquoi la CGT est contre le projet de loi MACRON ?

 

Depuis le début de la crise, les gouvernements successifs appliquent une politique d’austérité basée sur :
                 la baisse de la rémunération du travail,
                 la réduction des dépenses publiques,
                 la casse des garanties collectives des salariés.

Le résultat : chômage de masse, précarité et accroissement de la pauvreté !

                La dernière réforme des retraites a repoussé l’âge de départ de 2 ans, l’accord interprofessionnel de 2013 qui a engendré la loi de sécurisation de l’emploi facilitant les licenciements et le pacte de responsabilité qui attribue 40 milliards aux entreprises et une réduction de moyens publics, toutes ces réformes ont aggravé les conditions de vie des populations.
                Ce sont les mêmes méthodes qui ont été appliquées en Grèce, en Espagne et au Portugal notamment, aggravant toujours plus la situation économique de ces pays !

Le projet de loi Macron s’inscrit dans la même lignée.

L’état sert les entreprises et n’est plus au service du « social ».

Le projet  de loi« fourre-tout » et très destructeur qui simplifie la vie des employeurs et complique celles des citoyens :

Travail : le plus médiatique

Le Travail du dimanche et en soirée : c’est l’activité en continue qui amorce sa banalisation mettant fin progressivement aux compensations salariales car à terme ce travail ne serait plus exceptionnel. Il s’agit ni plus ni moins de la fin du repos dominical.

Justice :

des plans de licenciements collectifs dans les entreprises (PSE) facilités par des règles de plus en plus arbitraires, et des critères à la seule discrétion des employeurs !

la dépossession des élus prud’homaux de leurs moyens de rendre la justice, renvoyant nombre de litiges vers des juges professionnels,

 la grande difficulté pour le salarié de trouver un défenseur syndical pour le représenter en justice,

la possibilité de court-circuiter le droit du travail et la justice prud’homale par « convention » entre l’employeur et le salarié.

la suppression de la compétence des inspecteurs du travail en matière d’autorité administrative pour les contestations de répartition des sièges et des collèges électoraux lors des élections du personnel et la dépénalisation du délit d’entrave au fonctionnement des institutions représentatives du personnel

Urbanisme :

Impasse sur le fait que la crise du logement est produite par l’insuffisance des revenus face aux loyers et prix du foncier à caractère spéculatif. C’est, le désengagement du public concernant le financement du logement social.

100 000 demandes de logements sont insatisfaites en IDF chaque année.

Transport :

- Mettre en concurrence les lignes d’autocar avec les lignes actuelles ferroviaires, soit le démantèlement de la Sncf, posant de ce fait des questions environnementales et de coût !

- La récente réforme ferroviaire engendre déjà la suppression de 500 emplois à la Sncf.

Combattre les idées fausses :

                Le gouvernement et  le MEDEF tentent de nous faire croire que faciliter les licenciements, alléger la fiscalité des entreprises grâce aux crédits d’impôts (loi de sécurisation de l’emploi et pacte de responsabilité), permettrait le retour de la croissance et de l’emploi. Nous voyons le résultat, le chômage explose.

La seule croissance visible est celle des dividendes versés aux actionnaires.

Imposons d’autres choix :

  • augmentation des salaires, des pensions, des minima sociaux
  • Smic à 1700 euros, pour relancer la consommation
  • égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes
  • maintien d’un jour de repos commun : le dimanche
  • limitation au strict nécessaire du travail de nuit, qui détériore gravement à la santé
  • retraite à 60 ans maximum, à taux plein
  • politique industrielle répondant aux besoins des populations
  • défense et le développement des services publics
  • rétablissement de l’organisation des élections prud’homales au suffrage universel
  • maintien et l’amélioration de tous les droits des salarié-e-s
  • lutte déterminée contre la fraude et l’évasion fiscale

 

Les populations grecques, espagnoles, portugaises, belges et italiennes, notamment, se sont mobilisées contre les politiques d’austérité.

 

Nous, salariés LIDL sommes en ligne de mire de ce projet de loi  et concernés par tout cela.

PS :L’ensemble des candidat-e-s s’étant présentés sur les listes CGT lors du premier tour des élections professionnelles dans notre entreprise tient à remercier les salariés ayant portés leur suffrages sur leurs noms. Mais le deuxième tour va arriver très vite et les candidat-e-s comptent sur la mobilisation de tout les salarié-e-s afin de devenir de digne représentant du personnel.

 

mise à jour du 30 décembre 2017