La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives 2017

Direction régionale de Rungis

 

Les troubles musculo-squelettiques en constante augmentation

 

Jeudi 30 mars s'est tenue la huitième journée de prévention des troubles musculo-squelettiques, les fameux TMS. Ils sont de loin la première cause de maladies du travail et leur nombre ne cesse d'augmenter.

Pas moins de 87 % des maladies professionnelles sont des troubles musculo-squelettiques. Syndrome du canal carpien – la douleur au poignet – mal de dos, de l'épaule – celles qui progressent le plus vite ces dernières années – douleurs aux cervicales. Ce qui est frappant, c'est leur augmentation. De 10 à 15 % chaque année depuis 20 ans. Pour Yves Roquelaure, professeur de médecine et de santé au travail au CHU d'Angers, qui avance ces chiffres, cette épidémie galopante est le marqueur de l'intensification du travail qui est soulignée partout depuis 20 ans. Réduction des effectifs, charges de travail plus lourdes, augmentation de la productivité : le corps se rebellerait contre l'augmentation de la pression. Pas seulement par le stress, mais aussi sous la forme de douleurs bien physiques.

Toutes les professions sont touchées

Traditionnellement les TMS ce sont la maladie des caissières, mais au-delà les salariés de l'agro-alimentaire, de la viande en particulier, sont touchés, tout comme le BTP, en première ligne, le nettoyage et tous les métiers d'aide à la personne, notamment dans les hôpitaux. Les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes par les TMS. Parce que dans la division du travail, elles exercent davantage de tâches répétitives peu valorisantes, mais aussi, en ce qui concerne le canal carpien, pour des facteurs hormonaux. Mais les troubles musculo-squelettiques colonisent aussi le tertiaire. Secrétaires, journalistes, travailleurs de l'écran, mais aussi dentistes ou chirurgiens, personne n'est épargné.

Il y aurait même un lien entre le management et les TMS. Toujours selon le Professeur Roquelaure, ce type de douleur est très lié à l'état psychologique. Un lumbago peut démarrer pour des raisons mécaniques, mais s'installer face à une montée du stress, due par exemple à un management par le mépris. A l'inverse on observerait une baisse des TMS dans un contexte de coopération et de bienveillance. L'enjeu est de taille : les troubles musculo-squelettiques sont la principale cause d'absentéisme au travail.

Source : C'est mon boulot

 

mise à jour du 30 novembre 2018