La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives 2017

Direction régionale de Guingamp

 

Lettre de l'intersyndicale
(CGT, CGC, UNSA, FO, CFDT)
de la DR 15 au gérant M. Fuchs sur les conditions de travail suite au changement de direction.

 

Ploumagoar, le 7 mars 2018.

Monsieur Fuchs,
Trop, c’est trop.
Lors de la réunion mensuelle obligatoire du 1er mars 2018 des délégués du personnel de Guingamp, les élus et suppléants présents ont tous pris la décision de quitter la salle pour la première fois de manière collective et non concertée.
Le dialogue social mis en place par le nouveau Directeur Régional Philibert DUPONT depuis son arrivée ne laisse aucun doute sur sa stratégie. Participer aux réunions obligatoires, oui, mais apporter des réponses aux inquiétudes des salariés, non.
Depuis octobre 2017, alors que les efforts consentis par les salariés ont amené la Direction Régionale de Guingamp parmi les meilleures de France jusqu’alors, le nouveau Directeur Régional a, pour sa part, partagé une opinion bien différente.
Avec habileté devons-nous le reconnaître, se positionnant rarement comme l’initiateur des process qu’il met en place, il est pourtant bel et bien à l’initiative de l’emploi de méthodes de management qui peuvent être considérées d’un autre temps.
Les résultats ne sont, semble-t-il, pas ce qu’ils devraient être et son prédécesseur n’aurait pas été à la hauteur.

Depuis sa prise de poste, les changements sont si radicaux qu’ils inquiètent :

  • Instauration du management par la peur. Les salariés que nous rencontrons régulièrement s’inquiètent de leur avenir.
  • Politique managériale intrusive de la vie privée sur la base de la culpabilisation.
  • Départs forcés sous la forme d’absences injustifiées.
  • Changements successifs à sa prise de poste de collaborateurs en fonction depuis plusieurs années (ventes, achats).
  • Dérives en cascade de comportements managériaux (RI, RA, RVR) pouvant être l’émanation d’une forte pression hiérarchique.
  • Conditions de travail en nette dégradation, notamment au service immobilier.
  • Réserves des magasins surchargées, sources d’accidents de travail et de démotivation du personnel.
  • Absence de réponses concrètes à certaines problématiques remontées par les délégués du personnel (engorgement des réserves, hauteurs de palettes préparées par l’entrepôt).
  • Décalage de propos entre ceux tenus aux DP en réunion mensuelle obligatoire et ceux rapportés par ses collaborateurs.
  • Positionnement obscur sur certains sujets concrets qui préoccupent le personnel (logique de découpe des secteurs des RVS).
  • Suppression des 12 « T » annuels des agents de maîtrise, acquis depuis 1999 par accord d’entreprise.
  • Délégation de tout type de responsabilité à ses collaborateurs.
  • Absence d’action concrète sur de réelles menaces d’inaptitudes qui pèsent sur les salariés de l’entrepôt liées au système de préparation par commande vocale.
  • Remplacement du personnel absent par des heures supplémentaires non prévues sur les salariés en poste, sans respect pour leur vie privée.
  • Dépassements en grand nombre des durées hebdomadaires contractuelles du personnel pour faire face à l’absentéisme subi.
  • Non-respect du délai de prévenance lors des changements de planning.
  • Travail dissimulé.
  • Réduction des budgets des sociétés de surveillance pour les remplacer par du personnel magasin non formé.
  • Mise en place du travail de nuit forcé en magasin.
  • Niveau élevé des accidents de travail en entrepôt, en nombre, en pourcentage et en gravité qui font de la DR l’une des plus mauvaises de France (classement de décembre 2017).
  • Aucune analyse de l’implantation du picking en zig-zag depuis sa mise en place en octobre 2017 malgré les nombreuses alertes des représentants du personnel.
  • Charge de travail et temps de trajets qui augmentent pour bon nombre de cadres.
  • Communication sporadique qui crée de l’isolement entre les salariés.
  • Obligation à faire travailler le personnel des magasins en astreinte forcée.
  • Non-respect des amplitudes de travail ou de repos pour le personnel qui intervient sur alarme.
  • Non-respect des 36h de repos hebdomadaire pour le personnel qui intervient sur alarme.
  • Manque récurrent de moyens dans l’ensemble des services qui fatigue le personnel.
  • Vétusté des chariots élévateurs rétractables (4 sur 7 datent de 2011 et 2012).
  • Objectifs de productivité en augmentation par rapport à l’année précédente.
  • Faire croire aux responsables de magasin qu’ils sont leurs propres patrons pour accroître l’exigence de résultats.
  • Difficultés à mettre en œuvre les directives de la CARSAT sur TMS PRO, notamment la mise en place du formateur PRAP.
  • Nombreux manquements à son obligation de sécurité en tant qu’employeur malgré les alertes des représentants du personnel.
  • Recherche constante du meilleur ranking pour se mettre en avant et stigmatisation des mauvais exemples.
  • Absence de remise en question, même lorsque les faits sont avérés.
  • Aucune considération de la vie privée tous collèges confondus.
  • Non-respect des souhaits de départs en congés payés alors que l’organisation du binôme, de l’équipe ou du service le permettent.
  • Refus de permettre aux délégués du personnel d’effectuer une coupure repas sur l’intervalle 12h/14h lors de la réunion mensuelle obligatoire de mars, alors même que certains élus avaient commencé leur journée de travail à 5h.

Monsieur Fuchs, vous avez pris la décision de mettre à ce poste M. Philibert DUPONT et êtes à ce titre responsable de toutes les dérives managériales énumérées précédemment.
Vous avez, à chacune de vos visites en Bretagne, notamment lorsque nous vous avions rencontré sur le magasin d’Etables sur mer pour vous faire état des difficiles conditions de travail que subissent vos salariés quotidiennement, été à l’écoute de nos revendications, qui ne sont ni plus, ni moins, que celles qui émanent de votre personnel.
Mais jamais le moral de votre personnel n’a été aussi bas à Guingamp.
Nous attendons de votre part une réaction à la hauteur de la considération que méritent vos salariés qui, chaque jour, n’ont de cesse de consentir des efforts pour garantir la pérennité de l’entreprise.
Nous, en qualité de représentants en région des principales organisations syndicales, resterons particulièrement attentifs aux réponses que vous apporterez à ces problématiques que nous portons aujourd’hui à votre connaissance et vous informons que, faute de réaction vive de votre part en interne, nous n’aurions pas d’autre choix que de porter toutes ces dérives à connaissance de l’opinion publique.

Nous vous prions, Monsieur Fuchs, d’agréer l’expression de nos sincères salutations.

L’intersyndicale de la Direction Régionale 15 – Ploumagoar.

 

  Cgt.lidlbretagne@hotmail.fr
      cgtlidl.fr

 La CGT lidl Bretagne

 

mise à jour du 15 décembre 2018