La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives 2017

Direction régionale de Cambrai

 

Voici le ressenti des étudiants sur la DR25

 

 

ceci est les mots exacts des etudiants qui ont demissioné entre le 15mai et aout 2018,

 

1 – Je démissionne parce que je vais sûrement arrêter les cours. Je vais partir vers l'intérim avec des contrats dans ma branche, rester à LIDL ne m'intéresse pas : ça fait 9 mois que j'y suis et j'ai fait pratiquement que du FL de l'aprèm' ... Impossible de m'arranger pour faire d'autres horaires ne serait-ce qu'une semaine. Donc je préfère partir pour un job dans ma branche qui sera beaucoup plus enrichissant pour moi.

 

2 - Je suis parti car je ne m’y plaisais plus alors j’ai profité de mon stage pour tout donner et être pris dans l’entreprise où je suis actuellement. J’ai également quitté LIDL pour la suite de mes études notamment en contrat pro. A la base j’avais un contrat de professionnalisation avec eux pour ma licence mais au fur et à mesure que le temps passait j’avais de moins en moins envie de venir travailler. Notamment par le fait que certains étudiant soient favorisés (et j’en faisais parti). Mais par exemple moi qui suis allé au surgelé avec un autre étudiant le samedi c’était horrible d’y travailler car on a demandé plusieurs fois de mettre un autre étudiant et de prendre un de nous deux pour le faire passer cariste surg. Jamais entendu, donc on perdait notre temps à aller chercher le cariste du frais qui par moment ne voulait tout simplement pas faire nos appels. Donc voilà ça m’a en partie soûlé ce genre de chose.

Tu essaies de communiquer en tant qu’étudiant et de faire avancer les choses mais la parole d’un étudiant n’est jamais prise en compte.

 

3 - On nous demandait de venir en semaine pendant les cours pour faire des heures supplémentaires. Le soir je rentrais chez moi je n'étais pas déconnecté du casque. Je parlais tout seul. Pour un mois où je devais faire 28heures avec un contrat 7h semaine je faisais aux alentours de 70h.

On nous imposait de faire les vacances et on n'avait pas le droit de prendre de libre quand il y avait un jour férié en semaine

Après je suis parti aussi car j'ai trouvé mieux ailleurs..

 

4 - D’abord j’avais super mal au dos à force de préparer et à chaque fois que je demandais à changer de secteur on m’envoyait chier, ensuite on faisait des heures à crever pour au final jamais avoir de reconnaissance , dès qu’on pouvait remettre la faute sur les étudiants on le faisait, pour la plupart on était pas formé à beaucoup de secteurs.

J'ai eu l’opportunité de bosser pour un meilleur salaire derrière un bureau tout l’été.

J’avais posé 2 samedi pendant le mois de juin pour des événements familiaux et lacadre préparation m’avait fait galérer, limite elle m’accusait de pas vouloir travailler du coup ça m’avait dégoûté de venir travailler pour qu’au final on me prenne pour un con, c'est elle qui a foutu la merde.

 

5 – C'est un sale boulot avec des horaires de merde et peu de respect pour les étudiants, j'ai laissé tomber et j'ai trouvé ailleurs.

 

6 - J'ai décidé de partir et chercher ailleurs car d'une part je n'avais jamais travaillée au froid, je ne savais pas à quoi m'attendre. Une fois rentrée dans l'entreprise je pensais m'adapter mais cela n'a pas été le cas. C'est une raison pour laquelle j'ai décidé de partir, mais pas que . Il y a pas mal de point négatifs, comme la mauvaise circulation des informations, le délai pour avoir les tenus appropriées au poste : au frais, beaucoup n'ont pas encore de manteau, au bout de 6mois, inadmissible. Au niveau des postes, très peu arrangeant. Nous sommes comme vous tous, nous avons des aléas de la vie qui font que, et l'on reste coincé car parfois on ne nous permet pas de venir autrement que 13-20h car «beaucoup de salariés sont du matin/journée» Serions-nous considérer comme «en dessous» des salariés ? Sans arrêt en train d'en demandé plus, on comprend qu'il y a une charge de travail importante, mais dans ce cas il faut embaucher d'avantages de personnes. Et le plus décevant c'est que l'on fait plaisir mais on reçoit rien de l'autre côté. Les étudiants ne sont pas des esclaves.

 

7 – Je suis en recherche d’alternance j’ai finis mes « études », j’en avais également marre : plus de vacances, pas de polyvalences et je souffre également du dos.

 

8 - J’ai démissionné parce que j’en avais tout simplement marre, il y avait que des avantages pour ceux qui se tuaient au travail ! Alors qu’au final il suffit parfois de donner des avantages aux moins bons pour les remotiver (ça s’appelle du management des ressources humaines) ! J’ai toujours été volontaire au début mais jamais aucune reconnaissance. C’est arrivé au moment où ils en demandaient toujours plus aux étudiants, j’ai l’impression qu’ils ne comprennnent pas qu’on a des études à côté et que oui c’est fatiguant, et lorsqu’on refusait c’était mal vu et du coup on est pas pris en compte ! Il y avait de l’abus au niveau des nouveaux étudiants en période d’essai ! Pris pour des cons aussi, à vouloir nous faire croire des choses fausses comme pour le jour de repos refusé lors d’une semaine avec un jour férié! Ou à nous faire venir pour un picking, espérer qu’on pointe notre arrivée pour au final nous faire faire de la préparation ! Donc pour résumer : Pas de reconnaissance, trop d’abus, mauvais management, mensonges.

De plus, j'ai toujours été dans le même secteur en quasiment 1an ! Et au niveau des polyvalences : le salarié en temps complet en on une donc lorsque les étudiants sont en temps complet pour une durée supérieure ou égale à 4o u 5 semaine ce serait normal d’avoir une polyvalence car je ne vois pas la différence, si ils exigent la même charge que les employés, on exige les mêmes droits !

 

9 - Alors déjà, le chantage de la prod pour passer du matin.

La non compréhension de la fatigue de l'étudiant parce que nous sommes assis toute la semaine sur une chaise.

La non compréhension du besoin de réviser.

Imposer 10h-20h toute la semaine puis 10h-20h15 la semaine suivante.

Nous appeler la veille pour changer d'horaires.

Pendant longtemps, pas de brief le samedi midi.

Pas d'échauffement prévu pour les étudiants.

Perte des feuilles de changement de poste, puis reproche de ne pas l'avoir donnée.

 

10 – J'ai pu voir évoluer de nombreux étudiants et avoir des retours concernant les relations direction / étudiant (par ces derniers) depuis le début étant moi-même arrivé au lancement des CDI étudiant. Les étudiants ont toujours été plus ou moins mis à part, et même si des progrès ont été fait avec les années, je pense que le côté relationnel, confiance et le respect porté aux étudiants s'est dégradé :

-> Nous n'étions informé de rien : j'ai toujours appris ce qu'il se passait dans l'entrepôt pendant ma prép au détour d'une allée par les personne embauchées // Aujourd'hui un briefing a lieu les samedis après-midi et permet d'être informé.

-> Il était extrêmement compliqué de se procurer des tenues de travail et cela n'a pas changé (bien que désormais le port de ces tenues soit "imposé").

-> La/les personne(s) référente(s) pour les étudiants (et salariés) a/ont changé à plusieurs reprises pendant ces années et aujourd'hui je doute que les choix adoptés soient les meilleurs pour une relation de travail saine et durable avec les étudiants, quelques exemples :

-        Planning figé / Pas d'évolution : Il est très difficile de modifier son planning, d'obtenir un congé ... et il est indispensable de rappeler à plusieurs reprises pendant de longues périodes que nous serons absents telle ou telle date (oublis répétés, perte de feuille de congé, "mauvaise communication" etc ..). Et même après tant d'effort, le jour-j, c'est parfois une surprise de ne pas s'être présenté au travail.

De nombreux étudiants demandent à être formé dans d'autres secteurs et ne sont jamais écoutés.

Pas de polyvalence même pour des périodes de 2/3 mois de travail à temps plein consécutifs.

-        Manque de confiance et mensonges : Les avenants au contrat pour passer de 7 à 35h sont amenés comme une obligation, l'idée actuelle est simple : si un étudiant n'a pas cours il doit travailler à l'entrepôt. Il y a quelques années nous devions prouver que nos cours étaient terminés afin de venir la semaine (ce qui était normal, certains étudiants étaient plus motivés à venir travailler que de finir les cours de l'année) aujourd'hui il faut prouver que nous avons cours ! Les "petites vacances" des écoles et fac post bac qui ne durent qu'une semaine semblent anormales et on incite "très fortement" les étudiants à signer pour 2 semaines.

Auparavant, il n'était pas rare que la direction demande à "sauter son libre" et venir travailler 6 jours au lieu de 5 certaines semaines quand il y avait du retard et/ou un férié dans la semaine (comme aux salariés) ou venir une 2ème journée dans la semaine pendant un jour férié notamment. Mais récemment, lors d'une semaine bénéficiant d'un jour férié, il a été très clairement annoncé aux étudiants que ceux-ci devaient obligatoirement être présents ce jour férié (et ainsi travailler 5 jours malgré le férié).

 

J'ai eu la chance de toucher à quasiment tous les secteurs proposés au sein de l'entrepôt mais en plus de 4 ans je n'ai jamais pu évoluer en dehors de la préparation de commandes. Je n'ai jamais souhaité rester durablement (CDI embauché) dans l'entrepôt mais ce manque "d'investissement" auprès des étudiants est plutôt démotivant. La raison principale de mon départ est la distance devenue trop importante/contraignante pour un travail étudiant, cependant je suis content de quitter cet entrepôt et suis persuadé de trouver de meilleurs conditions de travail au sein de l'entreprise (CDI étudiant également) que je vais intégrer.

 

mise à jour du 15 décembre 2018