La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives 2017

Direction régionale de Draguignan

 

Sécurité entrepôt

 

Monsieur Malick NIANG Directeur Régional Président du CHSCT

 

Copies :
Monsieur Jacques RIZZO Responsable Entrepôt
Monsieur Cédric SALAS Responsable Sécurité
Madame Laurence DECLERCQ RRH
Monsieur Riad KABACHE Inspecteur du Travail
Monsieur Bernard PEGLION CARSAT     

 

La Valette, le 16 octobre 2018

 

Monsieur le Président du CHSCT,

 

Je suis alertée ce jour par monsieur ARAHAL Lahcen sur de nombreux et de graves problèmes de sécurité en entrepôt.

Effectivement pas plus tard que le 15 octobre dernier il s'est vu dans l'obligation d'exercer un droit de retrait dans la cellule des fruits et légumes, pour travail dangereux (faits confirmés par les agents de maîtrises appelés sur place) pour les préparateurs. Des palettes étaient gerbées les unes sur les autres, les palettes du dessus étaient en équilibre et menaçaient de tomber. Monsieur Régis JACQUEMETTON, autre membre CHSCT était également présent sur place ce jour là et a confirmé le droit d'alerte.

Pour tous les éléments que nous allons citer, nous avons des photos à l'appui à votre disposition.

La hauteur des palettes à 1 m 80 n'est toujours pas respectées malgré nos demandes incessantes et la visite de l'inspection du travail et les recommandations faites le 26 septembre dernier lors de la réunion du CHSCT. Non seulement elles font plus d'1 m 80 mais elles font plus de 2 m 30, il est  impératif de faire dépiler ces palettes avant la préparation des commandes. Et pour la sécurité des personnes et pour que la norme de la CARSAT soit appliquée. C'est une obligation de l'employeur d'assurer la sécurité de son personnel et à ce sujet vous n'êtes pas irréprochable, loin s'en faut.

La propreté, et l'enlèvement des cartons au milieu des allées n'est pas une priorité puisque les personnes affectées aux postes de ramassage des cartons ou de l'auto laveuse sont réquisitionnées pour faire de la préparation en raison d'un trop grand nombre d'absents.

Si nous voulons volontiers croire que l'approvisionnement des magasins est d'une importance capitale pour la bonne marche de l'entreprise, nous ne pouvons nier que l’amoncellement de carton et le non ramassage des produits cassés en rayon constitue un risque important d'accidents du travail, aux vus des chiffres catastrophiques de notre entreprise dans ce domaine, il est impératif de conserver non seulement ces postes mais de ne pas déplacer les personnes qui y sont affectées.

L' allée centrale qui fait environ 3 m 50, se retrouve réduite à 1 m 50 environ à certains endroits à cause du stockage de palettes qui n'ont dans l'absolu pas leur place dans cette allée, tous les jours lorsque monsieur Lahcen ARAHAL se plaint de cet encombrement on lui répond, « oui nous le savons bien mais ce n'est que provisoire », c'est un provisoire qui dure depuis des mois voire des années.

Bien sur, ces palettes disparaissent, mais elles sont inlassablement remplacées par de nouveaux arrivages. L'allée centrale n'est pas une zone de stockage et ne doit pas être encombrée, ni hier, ni aujourd'hui ni demain. Trouvez un autre lieu, et si l'entrepôt ne peut contenir tous ces arrivages, la sécurité encore une fois ne doit pas être sacrifiée et reléguée au second plan sur l'autel  du profit.

Les allées de stockage sont elles aussi en permanence encombrées et les préparateurs ne peuvent accéder comme ils le devraient aux palettes servant à la préparation des commandes magasins, et vous avez, malgré les conditions de travail insupportables, le culot de continuer de demander des cotâts de productivité. Les conditions de travail sont pénibles, les préparateurs sont épuisés physiquement et moralement, ils ont la sensations de ne pas être respectés, et ce n'est ni l'échauffement mi en place avant le travail, ni la promesse d'un changement de nom de « préparateur » en « collaborateur » qui amélioreront ces conditions. Le respect commence par le fait de leur faciliter le travail et de tout mettre en place pour garantir leur sécurité.

Les employés de l'entrepôt se plaignent de ne voir que rarement l'équipe encadrante, pas les agents de maîtrise mais les cadres supérieurs et ont la sensations de ne pas être considérés.

Les RIA et les issues de secours sont régulièrement encombrées, ce qui nous dérange le plus, c'est que lorsque monsieur Lahcen ARAHAL va voir le Responsable Sécurité de l'entrepôt, celui-ci lui répond, « je sais, je ne cesse de le répéter mais personne ne m'écoute ».

Pour finir, parlons des TKT qui envahissent littéralement le pool palettes et l'allée menant à celui-ci.

Quand nous parlons d'envahissement, nous restons modeste, il y a des jours, où les TKT sont sur 2 largeurs et encombrent complètement le passage et obstruent les racks le long du couloir.

Ces 2 pages pour dire que nous ressassons depuis des années des mots comme, respect et considération de la personne, aide et facilité dans le travail, prise en compte des risques psycho-sociaux et des risques musculo-squelettiques, réduction des accidents du travail et mise en place de  tables rondes pour un dialogue constructif, mais aujourd'hui nous avons le lourd regret de constater que si l'intention y est, concrètement les préparateurs de commandes sont en souffrance et que nous demandons plus d'actions constructives que de réunions. Le manque de personnel n'excuse pas tout, et si la société a du mal à recruter à vous de vous poser les bonnes questions.

Nous transmettons ce courrier à toutes les personnes intéressées et souhaitons très rapidement une amélioration des conditions de travail de nos collègues.

Cordialement,

 

Lahcen ARAHAL (DS au CHSCT)
Valérie BOYER (Secrétaire du CHSCT)

 

mise à jour du 15 décembre 2018