La CGT, c'est d'abord vous...

Toutes les archives 2017

 

Questions CE novembre 2018

 

Voici les questions au comité d’entreprise que les membres de la CGT ont posés afin d’avoir  des réponses précises sur des faits récurrents chez LIDL et que la société élude systématiquement car elle gagne quelques minutes sur chaque salariés, ce qui fait qu’à la fin, les salariés sont perdants mais en plus subissent du stress.

D’autant plus que les salles de pause que ce soit en magasin ou en entrepôt, ne servent plus de salle de pause mais d’annexe bis de la direction (écran avec « on est bien chez LIDL »(c’est pour rire) !!!,chiffres d’affaires, performances, écran de formation, salle de convocation, bureau bis du RVS……….) normalement, dans le mot « pause » c’est pour arrêter ce que l’on est en train de faire pendant un temps donné alors que NOUS, salariés, on arrête jamais puisse que l’on est toujours sous pression.

 

 

Mr FOUCHET, Mr THEMISTA, Mme BELDJORD, Mr FANGET  demande à la direction LIDL de déplacer toutes les pointeuses des entrepôts de LIDL France à un endroit des dit entrepôts afin que le temps pour se rendre des vestiaires à la pointeuse ou le temps de se rendre de la pointeuse à la salle de pause soit du temps de travail effectif en application de l’article L 212-4 paragraphe 1 du code du travail et de la cour de cassation 13/07/04 n° 02-15-142 (société carrefour France contre l’union des syndicats CGT du commerce de la distribution et des services du Rhône). En effet, l’employeur est libre de placer ou il le souhaite le lieu de pointage et de contrôle des horaires, cependant, les déplacements pour se rendre à la pointeuse depuis le vestiaire ou de la pointeuse à la salle de pause constituent du temps de travail effectif et rémunéré comme tel  soit en salaire ou en repos dans la mesure ou les salariés sont à la disposition de l’employeur et sont tenus de se conformer à ses directives (ex : règlement intérieur, sécurité, tenue de travail….)

 

Mr THEMISTA, Mr FOUCHET, Mme BELDJORD, Mr FANGET demande à la société LIDL quels sont les moyens mis en place par cette dernière pour organiser et formaliser les temps de pause sur les plannings de travail et sur les horaires collectifs affichés en application de l’accord sur la réduction du temps de travail de 1999, titre 2, alinéa 1.

Il incombe à l’employeur le respect de la prise du temps de pause, seulement aucune formalisation du temps de pause en magasin n’existe, ce qui entraine que certains salariés ne prennent ou ne peuvent prendre en intégralité  leurs temps de pause car le salarié peut être rappelé à tout moment  pour satisfaire notre clientèle. De plus, lors de formation sur « les plannings de travail », le temps de pause n’est ni formalisé ni décompté de la productivité ce qui revient à considérer que le salarié en pause est considéré en train de travailler donc de faire de la productivité.

Lorsque le salarié n’a pu prendre en totalité son temps de pause (5% du temps de travail) et qu’il a corrigé le temps de pause réellement pris et qu’a la fin de semaine aucune régularisation de son temps de pause n’a été effectuée, le temps de pause non pris est il payé ?

A la prochaine…………………

 

mise à jour du 15 décembre 2018